Archives de Tag: Brice Hortefeux

Identité nationale : un débat sur commande

La communication politique, élevée depuis quelques années au rang d’art par les George Bush et autres Nicolas Sarkozy qui nous gouvernent, a sans aucun doute quelques mérites pour ces derniers, notamment celui de les avoir fait élire, voire ré-élire pour Bush, sur la base d’un plan, d’éléments de langage  ou de storytellings tellement bien pensés qu’ils nous en font oublier que l’image que ces artifices contribuent à donner de ces hommes politiques est à l’exacte opposée de leurs attitudes et de leurs actions une fois élus.

sarko_drapeauCette même communication politique a également théorisé l’effet de la parole, des débats et des images de la grand’messe du 20h et des médias de masse sur les Français (et sur moi le premier) : parlez du pouvoir d’achat à nos compatriotes et ils feront leurs calculs, constatant de façon indéniable que l’auto-proclamé « Président du pouvoir d’achat » n’est en réalité que le Président du pouvoir d’achat des plus riches, et du déclin de celui des autres. Parlez-leur des franchises médicales et ils se rendront compte que cette « réforme » présentée comme salutaire n’est en réalité qu’une taxe sur les malades et les personnes âgées, au profit d’intérêts privés proches du pouvoir ou de très bons lobbyistes. Parlez-leur d’identité nationale, et certains d’entre eux seront tentés de trouver dans les immigrés et autres soi-disant « mauvais français » les boucs émissaires de tous leurs malheurs.

Ce débat, initié par un Eric Besson peu soupçonnable d’incarner même une seule valeur positive, est un débat dont la date et le thème sont imposés non par l’intérêt général mais par quelque cabinet de communication politique parisien dont les membres sont très certainement de jeunes trentenaires surdiplômés en marketing, habitant Neuilly et susceptibles de faire passer Frédéric Beigbeder pour un chef scout un peu timide. Sous la houlette de Claude Guéant, tout ce beau petit monde a décrété, il y a quelques jours, qu’initier un débat sur l’identité nationale fin octobre pouvait être bénéfique dans l’optique des Régionales. Et voilà que (presque) tout le monde embraye, parfois même dans notre propre famille politique. Et parfois même pour les mêmes motifs liés à la communication.

marianne cpeCe petit billet, qui participe également, mais de façon très ponctuelle, à cet emballement, vise juste à rappeler que l’identité nationale ce n’est pas de la communication politique à date fixe : c’est avant tout un ensemble de valeurs universelles héritées de ceux qui ont mis fin, en France, à des siècles de tyrannie. Dans cet ensemble de valeurs qui contribuent sans aucun doute à nous permettre de mieux vivre ensemble, il y a celle de considérer tous ceux qui les partagent comme des égaux en droits et en devoirs, et ce quels que soit leur histoire, leur passé, leur pays ou leur condition de naissance, leur travail, leur religion ou leurs idéaux.

Cet état d’esprit déjà ancien se doit de perdurer dans le temps sans obéir au calendrier de M. Besson et en se détachant au maximum des plaisanteries abjectes de M. Hortefeux, car cet état d’esprit est le fondement de notre République. Là est notre identité nationale, et nulle part ailleurs.

Poster un commentaire

Classé dans tribunes

Douze parmi les pires candidats – Twelve Terrible Candidates

terriblesLe Parti socialiste européen a publié hier un document appelé « Twelve Terrible Candidates » que l’on pourrait traduire sans trahir grand chose par « 12 parmi les pires candidats ». C’est une sélection de candidats conservateurs, libéraux ou d’extrême-droite qui risquent de siéger au Parlement européen, et ce malgré des positions parfois inadmissibles concernant la Shoah, les races, les protections sociales ou le changement climatique. Certains d’entre vont jusqu’à refuser que l’Union européenne tente de résoudre les problèmes liés au chômage, d’autres se présentent au suffrage des électeurs sans aucune intention de siéger …

Le PSE – qui n’attaque pas là les hommes mais leurs idées – ne prétend pas que ces 12 candidats sont les seuls à partager des positions sans aucun rapport avec les réalités qui nous préoccupent ; il réaffirme qu’il est cependant important de voter et de s’inscrire, au-delà des problématiques locales, dans une dynamique européenne. Cette dynamique permettra s’assoir l’influence du groupe PSE et de ses alliés au sein du Parlement européen et d’empêcher ces 12 là – et leurs amis – d’avoir un écho trop important : leurs idées ne représentent rien de positif pour l’Europe, certains ne seront pas là, beaucoup n’interviendront jamais en séance, et s’ils le font ce sera de façon non-constructive, pour défendre l’indéfendable.

Une liste complète de ces candidats, dont Brice Hortefeux fait partie, est disponible sur le site du PSE (en anglais et au format *.pdf), en cliquant ici.

Le programme européen du PSE, le Manifesto, a été adopté par l’ensemble des partis membres plus de 6 mois avant le scrutin européen. Il est disponible en 20 langues et est consultable en cliquant ici.

PS : si certains d’entre vous ne sont pas familiers de la langue de Shakespeare, n’hésitez pas à m’envoyer un mail pour la traduction d’un passage qui vous intéresse.

pseThe Party of European Socialists today publishes ‘Twelve Terrible Candidates’ – a selection of conservative, liberal and far-right candidates that risk being elected to the European Parliament despite variously denying the holocaust, thinking that well paid white men are an oppressed minority, denying climate change, or holding other offensive or absurd views. Some don’t even want the European Union to help tackle unemployment! Others are standing for election while having no intention of taking their seat.

The PES makes no claim that these are the worst candidates – no doubt there are others even less in touch with reality.

The PES considers it important that voters have the chance to assess not only the candidates and parties that they can vote for, but also the European allies of their national candidates and parties. A vote for a candidate in one country boosts the influence of the whole group that the candidate will join.

The opposition candidates presented will contribute nothing positive to the European Parliament – either because they won’t be there, won’t speak or if they do speak promote some completely offensive or otherwise totally unconstructive view.

A full list of our own candidates is available on our website; to access it, click here.

The PES manifesto, adopted by all member parties a full six months before the elections, is available (by clicking here) in over 20 languages as well as in talking versions in 9 languages.

Poster un commentaire

Classé dans infos diverses